Je souhaite vous parler de mon parcours avec le gluten. D’abord le « diagnostic » et ensuite le début du régime d’exclusion.

Car même si aujourd’hui je vis très bien mon exclusion, sachez que ça n’a clairement pas toujours été le cas.

Si je me sens légitime aujourd’hui pour proposer mon quotidien sans gluten, c’est que je suis passée par des étapes très difficiles avant qu’un médecin spécialisé identifie le gluten comme élément déclencheur de mes symptômes :

  • douleurs et symptômes digestifs,
  • sensation de malaise voir malaise,
  • migraine,
  • perte d’appétit,
  • fatigue chronique.

Une adolescence difficile à cause du gluten

Ça a gâché une partie de mon adolescence car je ne voulais pas parler des maux que je ressentais au quotidien donc je l’ai caché pendant des années de peur d’avoir l’étiquette de « la fille qui a toujours mal au ventre » collée sur le front (on sait à quel point les adolescents peuvent être cruels).

Ainsi, je me suis censuré sur beaucoup de choses :

  • les sorties entre amis (oui, car un repas à l’extérieur était difficile pour moi car mes douleurs arrivaient lorsque je mangeais ou juste après le repas),
  • les soirées chez des amis (malheureusement mes douleurs se déclenchaient très souvent la nuit et je ne voulais pas que l’on sache que j’étais sans cesse malade la nuit).

Bref, mes interactions sociales ont été beaucoup impactées.


Après 10 ans de souffrance, je décide de consulter

Ce n’est qu’après des années de souffrances en silence que j’ai décidé d’en parler mais le parcours de diagnostic a été difficile. En effet, mon médecin généraliste me donnait des médicaments pour traiter les effets mais sans mettre le doigt sur la cause de mes symptômes.

Je suis allée voir un gastroentérologue pour la première fois en 2015, j’avais alors 25 ans et je ne pouvais plus rien manger sans souffrir le martyre après le repas. J’avais associé manger avec avoir mal ventre et être malade.

Mon gastroentérologue a alors analysé tous mes repas sur plusieurs semaines et a identifié le gluten comme l’élément déclencheur de mes douleurs.

Afin d’être diagnostiquée, je devais passer des examens pour effectuer une biopsie et vérifier si j’étais atteinte ou non de la maladie cœliaque.

Un évènement est venu bouleverser le programme : ma première grossesse ! C’était une merveilleuse nouvelle mais c’était également le début de beaucoup de doutes :

« Comment je vais faire pour apporter les nutriments à mon bébé alors que moi-même je n’arrive même plus à m’alimenter ».

De plus, étant enceinte, je n’ai pas pu passer les examens pour valider ou non une maladie cœliaque car je n’avais pas le droit à l’anesthésie générale.


Le début de l’exclusion : un vrai casse-tête !

Donc sur les conseils de mon gastroentérologue, j’ai débuté le régime sans gluten, sans être diagnostiquée mais c’était vital pour moi et mon bébé de retrouver un équilibre alimentaire.

Je suis sortie de son cabinet avec pour consigne :

« Vous ne devez plus manger de gluten ».

Je me suis alors posé beaucoup de questions car pour moi, il y avait du gluten dans presque tout ce que je mangeais !

J’ai passé beaucoup de temps à faire mes premières courses sans gluten et j’ai découvert le casse-tête de la lecture des étiquettes.

Le début du régime d’exclusion n’a pas été simple car j’ai découvert également la joie des mix de farines, et là je me dis :

« C’est quoi ce délire de devoir mélanger 10 farines pour faire une recette, j’ai la flemme, je mets une seule farine, je verrai bien le résultat et forcément : oh c’est ultra raplapla et compact. »

« Bon, je vais réessayer en mettant une autre farine, résultat, c’est ultra cassant. Ce n’est pas évident cette histoire de farines. »


Apprendre à cuisiner sans gluten

Je commence alors à me renseigner sur les fécules et les poudres de fruits à coque. Je fais des tonnes de recherches et je commence à faire des petits tests comme on ferait dans un laboratoire 🙂

Je mets le doigt sur certaines associations qui fonctionnent aussi bien en terme de goût que de texture.


La naissance d’Inspiration sans gluten

Et voici comment j’ai commencé à partager mes recettes, avec mes premières petites victoires, mes essais et mes réussites. J’avais envie d’aider les personnes comme moi, qui étaient complètement perdues dans cette nouvelle manière de manger. J’ai alors créé Inspiration sans gluten. C’était un exutoire pour moi, mon petit cocon créatif qui me permettait de partager mes recettes qui devenaient plus abouties, plus colorées et plus saines.


Les projets commencent

En 2020, avec le confinement, j’ai voulu donner un nouvel élan à inspiration sans gluten. J’ai voulu partager plus que mes recettes et mes inspirations sur les réseaux.

  • J’ai créé mon site Internet qui regroupe toutes mes recettes avec le système de recherche pour retrouver efficacement les recettes par ingrédients. Ce partage me permettait d’avoir une petite bibliothèque de recettes sur une plateforme qui m’appartenait.
  • J’ai également proposé mon premier e-book de 25 recettes sans gluten et sans lactose pour cuisiner du fait-maison à chaque repas, avec des recettes saines et gourmandes à la fois.

Je vais vous proposer encore plus de contenu pour vous aider à cuisiner sans gluten au quotidien.


Vos parcours avec le sans gluten

J’ai demandé à mes abonnés quels étaient leurs plus grands freins au début et pendant leur régime d’exclusion.

J’ai vite compris que vos freins avaient été les miens il y a quelques années.

Je les ai levé en passant des heures à me renseigner sur les ingrédients, à chercher des idées de recettes à retravailler et à faire des tests sur les mix de farines. J’ai eu des recettes ratées mais au final j’ai compris ce qu’il ne fallait pas faire et j’ai mis en place des bonnes pratiques, mon quotidien sans gluten s’est trouvé nettement amélioré et même facile car j’avais compris le principe de la cuisine sans gluten.

Si j’ai réussi à apprendre à cuisiner sans gluten, vous pouvez apprendre vous aussi !

Et sachez que je vais vous aider. Je travaille sur un guide pour apprendre à cuisiner sans gluten au quotidien.

Alors, pourquoi ne pas condenser toutes mes recherches et mon travail pour proposer ce guide et aider les gens qui se posent 1000 questions sur le sans gluten. Je vous en reparle très vite car il va sortir très bientôt !

Voilà une partie de mon histoire avec le gluten les amis, n’hésitez pas à venir partager la vôtre dans les commentaires, sur mes réseaux et même en message privé si vous le souhaitez ! Je me nourris de nos échanges, merci d’être à mes côtés.

Louise